Et la vie s'en va

Comme j'aurais aimé ne jamais écrire ce billet...

Pas comme ça, pas maintenant, pas si tôt ma princesse. Parce que parfois, on s'y attend, c'est la vie, une sorte de continuité dans le cycle, votre putain de vie qui dure si peu de temps. Mais toi, toi tu pouvais pas partir, pas alors que je m'y attendais pas. J'étais pas préparée.

J'aurais jamais été préparée à ton départ, de toute façon. C'est con, c'est dégueulasse, c'est injuste, mais là tu vois princesse, j'en ai rien à foutre : il y a des rats pour qui c'est bien plus dur, et c'est ton cas, il y a des rats, et il y a des êtres comme toi. On dit toujours que le coeur s'élargit pour y faire entrer tout le monde, pour que chacun ait sa dose d'amour sans avoir à partager un bout de la sienne. Toi t'as arraché salement un bout du mien, et tu l'as emporté, trop loin là haut pour te blottir dedans quand tu dors.

Oh putain comme ils ne peuvent pas comprendre, à quel point t'étais pas juste un rat. T'étais mon amie, ma princesse, un membre de ma famille, t'avais une présence si particulière dans mon coeur et dans ma vie. Toujours la première à m'attendre, la reine mère de la cage, dans tes yeux c'était pas un animal que je voyais, c'était mon amie, ma Franck, ma princesse, tout ton amour pour moi et mon amour pour toi. Combien de fois je te parlais comme je parle à une personne de mon espèce, comme si tu allais me répondre dans la seconde et converser avec moi.

Je me rappelle comme si c'était hier tous les moments qu'on a passés ensemble. Le jour ou j'ai été te chercher, tout ce qui a mené au fait que tu sois là. Je te l'ai déjà dit, je crois que tu m'en a jamais vraiment voulu, je n'avais au départ d'yeux que pour ton frère. Puis je me suis dit que tiens je prendrais bien une femelle aussi. Bizarrement j'ai choisi ma fille avant lui, alors que ce n'était même pas prévu. Je t'ai choisi un prénom qui portait une signification tellement puissante pour moi, un hommage à une personne chère à mon coeur, qui t'allait comme un gant. Ton initiale sur ton dos, comme si c'était fait exprès. Tous ces signes de la vie qui font que tout était si parfait, c'était toi, juste toi et pas une autre.

Je me rappelle la première fois que je vous ai vus, vous attendiez sagement, et vous étiez si petits, un peu effrayés par tout ce tapage, vous veniez de quitter votre famille, vous partiez pour un lieu inconnu, avec des gens inconnus. Je portais Sköll et mon chéri a décidé de prendre soin de toi, que tu allais être "la fifille à son papa", sa princesse à lui. J'ai dit en riant "ok alors Sköll c'est le mien et Franck c'est la tienne". Je me suis tellement trompée. Tu étais notre princesse à tous les deux, tu étais ma choupette, à moi. Il a décidé que tu serais Marguerite la vachette, et on t'a baptisée du prénom composé le plus ridicule du monde. Tu lui as fait découvrir tes bêtises, tes câlins, la douceur, les rats. 

Je me rappelle ta si grande intelligence, ce regard tellement doux, tellement humain que tu portais sur moi, sur les choses, j'avais l'impression que la réponse à toutes les questions de l'univers était dans ta jolie petite tête. Tu savais tout, instictivement. Tu savais ouvrir les portes, tu savais à quoi servaient les choses. Tu savais emmerder les chats et tu savais quand j'avais besoin de toi.

Tous ces souvenirs, tout ça bouillonne dans ma tête, et je hurle intérieurement de savoir que tout ceci ne reste qu'un brouillard, un rêve, que ça ne sera plus jamais la réalité. 8 mois c'est bien trop court, ce temps que la vie nous a accordés, c'est bien trop peu, et c'est tellement injuste. J'en veux à la vie pour ça, pour t'avoir enlevée, si tôt. 8 mois c'est tellement court et tellement long à la fois, c'est bien assez pour savoir qu'on ne vivra jamais une telle relation avec un autre être vivant. Tu t'es placée dans mon panthéon personnel, celui de ces êtres qui ont croisé ma route et que je n'oublierais jamais. Celui que je déteste tellement à la fois car il signifie que vous n'êtes plus à mes côtés.

Pourquoi ceci est arrivé, je n'en saurais jamais rien, cette cruauté qui fait que je n'ai rien pu faire pour te garder, que je n'ai pas pu te dire au revoir, te serrer dans mes bras, te dire une dernière fois à quel point putain je t'aime et je t'aimerais toujours, avoir des petits bouts de toi en qui je pourrais te reconnaitre un jour. Tout ça à cause d'un enculé de crabe à la con, tout ça à cause de la poisse, tout ça pour quelque chose auquel je ne peux rien. 

J'ai tout ressenti, l'impuissance, la culpabilité de ne rien pouvoir faire, la haine contre je ne sais même pas quoi, ce qui t'as enlevé, la rage, la douleur, la tristesse, et toute cette putain de mélasse dans ma tête qui porte ton nom. Je connais ça, ça part jamais avec le temps, ça s'attenue juste, il ne reste à la fin que ton fantôme, ces brouillards de souvenirs émus. Et toujours un morceau de mon coeur gravé à ton nom.

Au revoir Franck, un jour peut être que je te reverrais ma belle, ma princesse, et je suis tellement putain de désolée, j'aurais donné tellement de choses pour que tu restes, pour que tu sois là, encore, pour longtemps, je réalise même pas encore que je te reverrais plus jamais, merde, mon amour... Franckie mon bébé, j'ai envie de te hurler de revenir, mais tu reviendras plus... Je souhaite jamais à personne d'avoir mal comme j'ai mal à cet instant précis. 
Sois heureuse, ou que tu sois, parce que tu le mérites, et comme une conne je regarde toujours les étoiles en pensant que t'es l'une d'entre elle, comme ces trucs débiles qu'on pense après avoir trop regardé le Roi Lion. J'ai besoin de savoir que t'es encore là, quelque part, parce que tu seras toujours un peu là.

P.S : je voulais ajouter un mot, pour plusieurs personnes. Déjà j'ai pu lire à demi mot de la merde alors pitié avant d'extrapoler, allez lire les causes de son départ

A tous les gens qui voulaient adopter un de ses petits, qui avaient des projets, je suis désolée, c'est une petite partie de ma douleur de vous décevoir.
A celle qui a donné son nom à Franck, merci d'avoir été là, toujours, jusque au bout. Je t'aime, même si je te le dis pas assez.
A ton papa, toi aussi putain je t'aime, merci d'avoir été là, depuis le début, t'as été le papa le plus parfait du monde, et tu restes l'homme le plus parfait de l'univers. Chuis désolée d'avoir fait de la merde ces derniers temps, là je gère très mal ma peine, et c'était nul...
A ceux qui ont été là pour moi, pour me soutenir, pour comprendre ma peine, vous avez ma reconnaissance, ça m'a fait tellement de bien. Nancy, Choups, Mayella, tous ces autres qui, parfois même sans rien dire, ont juste été présents. Merci, juste merci.
Vous comprendrez sans doute qu'on me verra un peu moins ces prochains temps, j'ai besoin d'une petite pause là, le temps de cicatriser un peu...

Et particulièrement pour deux personnes :


elyanna, je sais ce qu'on dit sur toi, je sais que tu es comme nous, imparfaite, que tu fais et que tu as fait des erreurs, parce que l'erreur est humaine, et celui qui n'en a jamais fait peut bien te jeter la première pierre. Mais putain tout ça c'est grâce à toi, tous ces moments avec elle c'est grâce à toi, tu as toujours été là, tu m'as toujours "accompagnée", et je te dois tous ces beaux moments. Ne culpabilise pas, tu n'y es pour rien, toi tu n'as fait que des choses bien sur ce coup là, tout ça, ce n'est absolument pas ta faute tout ça. Je te remercie énormément pour m'avoir offert ces quelques mois avec elle. Sans toi elle n'aurait même jamais existé, alors merci.

Pauline, ma Beca, ma gitane. Tu as été là pour elle, tu as fait tout ce qu'il fallait, tu t'es investie dans tout ça, tu as attendu avec moi, tu as été mon pilier dans cette histoire, et je te dois une reconnaissance énorme pour tout ça. Je t'ai fait confiance pour veiller sur elle et j'ai eu raison. On aura passé des moments "intenses" (et je parle pas que du cul :p), on aura attendu à deux, conjuré (bon, mal mais on fait ce qu'on peut ^^') le mauvais sort ensemble, attendu ensemble, on est tombées des nues ensemble, et t'as rien lâché, tu m'as pas lâchée. 
Merci, et merci pour elle... J'te kiffe, stou.

Putain, je crois que j'aurais jamais autant chialé en écrivant un article bordel...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


Licence Creative Commons le site Internet du Domaine des Arkenstones de Hatron Jemima/Arkane est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International = j'autorise le partage et la modification du contenu du site (textes, images) à des fins strictement non commerciales, et en me citant explicitement, ainsi qu'en ajoutant un lien vers ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×