"Oui mais c'est ta passion"

Hello ! 

Bon, ça fait longtemps que je n'avais pas râlé, ça vous a manqué hein, avouez ? :D 
L'idée de ce petit billet "d'humeur" a germé dans ma tête il y a quelques semaines, suite à un article (allez le lire, il est chouette) rendu public sur les frais d'adoption, le "prix psychologique" d'un raton, et le tarif qui devrait être appliqué si l'on voulait être juste. C'est sans surprise que l'on s'est apperçues qu'il y avait une différence entre ce que les gens croient être un "tarif" juste, et ce qui l'est.
Par contre, deux choses ont été surprenantes : la différence entre les deux chiffres, qui est énorme, tout d'abord.

Et SURTOUT, la réaction des gens à cet article. Je pense que personne ne pouvait s'y attendre.
J'avais prévu que deux ou trois newbies n'ayant aucune idée de ce que représente l'élevage et la gestion d'une troupe ne comprennent pas, et au fond ce n'était pas si grave tant qu'il permettait à une majorité de savoir ce qu'il en était réellement.
Je n'avais pas prévu que des personnes averties, ratouphiles depuis des années, présentes dans la communauté, soient aussi loin de la vérité, et défendent âprement leur point de vue, totalement erroné, sur le sujet, et même au delà de ça, carrément insultant et méprisant par moment.
Ca a été une vraie claque, pour beaucoup d'entre nous, et ça a laissé un goût amer dans la bouche de quasi tous mes collègues ERA (article à venir). Ca a été très violent, on a senti qu'on avait "touché le porte-monnaie", quelque part. Sans jamais avoir dit qu'on augmenterait nos frais d'adoption au "juste prix" (spoiler : environ 70€), car ce ne sera pas le cas, des gens se sont sentis agressés, pensant qu'on "réclamait de la reconnaissance", ça nous a beaucoup fait rire. On demandait juste du respect.

Une phrase en particulier, a retenu notre attention, parmi tant d'autres : oui mais c'est votre passion, on a pas à payer pour ça, et vous l'avez choisie. 

OK, on en est donc là. Un profond mépris. Une profonde incompréhension. Une méconnaissance totale de la réalité, de ce qu'est le quotidien d'une raterie, avec une troupe d'une dizaine de rats au moins, plusieurs portées par an (entre une et 6 disons), depuis des années, un vrai plan de repro, une vraie réflexion sur "je fais quoi avec mes rats", "pourquoi ?", "comment". Une analyse des familles, des statistiques, des rats en eux-même.
Clairement, si on prend comme exemple une personne qui fait une portée tous les deux ans pour avoir une descendance de Ratou-Mignon avec une chouette femelle, ça ne représente pas cette réalité. Si on prend le quotidien d'un éleveur qui a été actif il y a 10 ans pendant 3 ans, également. Si on regarde l'éxpérience de Mamie Nova, qui a fait 3 portées dans sa vie pour voir grandir des petits de ses rats. C'est amplement différent. Ce n'est pas forcément "mieux" ou "moins bien" c'est "différent". Et ce n'est pas de ce cas là dont il était question.

Leapassionratons

On en revient à la "passion". Mon barbu domestique est passionné d'informatique. Il en a fait son métier. Il ne devrait donc pas être justement rémunéré pour le travail fourni ? 
Si on en revient à la comparaison d'au dessus, on ne peut pas comparer le travail de Jean-Mousse, ingénieur système et réseaux, et celui de Pierre-Paul-Jacques, audodidacte, réparateur de PC et de téléphones portables pour les amis et la famille. Ce sont deux facettes d'un très large tout. Différentes. Si on dit que "Jean-Mousse, l'informaticien de la banque a passé 24h sans dormir pour régler un grave problème sur le réseau", personne ne nous répondra "qu'il se plaigne pas le type, mon pote Pierre-Paule-Jacques est informaticien aussi, il s'est jamais plaint de passer plusieurs heures à réparer un PC lui hein". Ouiiii, mon exemple est volontairement exagéré, pas la peine de hurler au scandale, c'est fait exprès, pour comprendre l'idée =) 

Idem pour tous les métiers "passion" en fait : demandez à un graphiste de vous faire des visuels "contre de la visibilité", à un mécanicien de réparer votre bagnole pour la passion du cambouis, à une organisatrice de mariage de faire votre préparation "et en échange je vous file une pièce", à un photographe de vous faire un shooting pour "la beauté de l'art". Ah mais oui. Elever des rats, ce n'est pas un métier. Les heures entières passées à apprendre ne valent rien. Et puis, c'est que du bonheur d'avoir des ratons, ça devrait être amplement suffisant. Franchement, en plus, c'est quand même gonflé de penser argent quand on parle d'animaux, une vie n'a pas de prix (et OUI, c'est vrai, par contre le travail d'un éleveur, oui... Le quoi ? L'éleveur ? La personne qui passe ses journées à se rouler dans les prés fleuris avec ses ratons dans une lumière éclatante et des chants de sirènes ? On ben on va pas lui donner de l'argent parce qu'il passe 30mn dans sa journée à papouiller des bébés rats, c'est gonflé !)

Eleveurallegorie

L'éleveuse de rats, allégorie (clic pour l'orgine de l'image)

 

Le truc drôle dans l'histoire, c'est que dans notre cas, on a jamais demandé de "rémunération" en fait. On a jamais demandé ne serait-ce que de rentrer dans nos frais, avec ces fameux 70€ par raton. On a juste essayé de sensibiliser aux gens sur l'argent qu'on mettait dans notre élevage, pour qu'on ne nous balance plus le "ça va à 20€ le raton pour vous payer des vacances oO". Pour peut-être partager un peu de notre quotidien, de nos soucis de gestion.
Et oui, je n'ai JAMAIS vu personne faire comme les éleveurs de rats, aka "être à (grosse) perte". Pour comparer ce qui est comparable, quand on regarde les élevages d'autres animaux, même familiaux, même passionnés, on fait partie des seuls à perdre autant d'argent. Ca paraît assez normal pour tout le monde d'au moins rentrer dans ses frais en échange des services rendus.
Et en sus, on se fait cracher au visage, en mode"vous plaignez pas vous êtes bien contentes d'avoir des ratons". Et "han vous avez ramené ça à l'argent".
Parce que l'argent c'est SALE, l'argent on a juste le droit de le perdre, pas d'en parler. Je suis la première à penser que c'est pas important, et mes dépenses le prouvent largement je pense xD Je suis la première à monter au créneau contre les gens qui font n'importe quoi, au mieux le strict minimum, pour se faire du fric sur le dos, ou plutôt les organes génitaux, de leurs rats. Et le fond du problème se situe bien dans la partie "faire n'importe quoi" de ma phrase.

 

Elever des rats, une passion.

Effectivement, les rats sont ma passion. Elever des rats en sus, ce qui est encore un "autre niveau". Et je ne parlerais pas d'argent

Ma "passion pour l'élevage de rats" c'est  :

- Les voir évoluer, grandir, jouer, manger, gambader. Leur apprendre les bruits, les odeurs, les goûts, les câlins, les jeux. 

- Les éduquer, selon leur caractère, en essayant de prendre du temps pour connaître chacun des ratons, son caractère

- Me documenter, chaque jour, chaque semaine pour améliorer mes connaissances sur le rat, son maintien, son élevage, la génétique, la socialisation des ratons,...

- Partager ces connaissances, parce qu'être éleveur c'est faire partie d'une communauté, et apprendre à cette communauté des infos pour le bien de leurs rats, c'est aussi aimer les rats.

- Voir naître des ratons, en sachant qu'ils sont arrivés sur terre dans un but précis, d'un plan calculé souvent utopique, pour atteindre un idéal quasi miraculeux. Prier tous les dieux pour qu'on aie opéré la bonne sélection.

- Participer à la communauté, avec ma petite expérience, voir avec plaisir des gens aidés par mes conseils, songer au bien-être apporté aux rats grâce à ça =) 

- Voir grandir les petits nés à la maison, ici ou ailleurs, avoir des nouvelles, des anecdotes, des photos

- Etre heureuse, énormément, de voir sa sélection fonctionner et d'avoir une portée dépasser entièrement les 2 ans sans souci majeur. 

 

Athenais4

Ma si belle, si jolie, si têtue, si peste Lisbeth. Je donnerais un poumon pour pouvoir lui râler dessus encore une fois.

Ma passion, ce n'est PAS : 

- Répondre à une vingtaine de mails par semaine. La plupart du temps pour répéter, patiemment, la même chose. Pour réexpliquer des informations qui pourtant, sont écrites noir sur blanc sur mon site. 

- Ne quasiment jamais avoir de réponse à ces mails que j'ai rédigés pour répondre. Je pourrais faire des réponses automatique, mais je respecte trop les gens qui me contactent pour ça, apparemment c'est un tord.

- Nettoyer les crottes, les pipis, me doucher parfois 3 fois par jour parce qu'il y a eu des accidents, trouver des crottes de ratons dans des endroits saugrenus

- Devoir nettoyer mes cages 3 fois plus parce que j'ai doublé mon nombre de rats avec la portée

- Devoir nettoyer la cage mater tous les jours, et vivre 6 semaines avec une odeur ignoble dans mon salon parce que les ratons, ça sent vraiment fort

- Me faire insulter, parler mal, envoyer chier, parce que je n'ai pas le raton de la couleur désirée, le jour désiré, livré à 250km de mon domicile.

- Devoir avoir plus de rats que j'aimerais, parce que pour mon plan, je dois adopter plus souvent, avoir 25 rats alors que si je n'étais pas éleveuse j'en aurais au max 15. Et assumer tous les frais, les brisages de coeur, les heures de ménage, de câlins, supplémentaires.

- Ne plus pouvoir craquer sur un raton qui me plait chez quelqu'un, parce que je ne peux pas me permettre d'avoir des rats "en plus" qui ne soient pas inclus dans mon plan de repro, car j'en ai déjà beaucoup à assumer. Je peux trouver les ratons mignons de loin, parfois mon coeur se serre, mais je ne peux plus adopter "pour compagnie uniquement". 

- Ne plus pouvoir choisir totalement le raton sur lequel je craque sur mes propres portées. Je dois penser "raton utile au plan" avant "lui il est si mignoooon". Alors ça arrive que le raton donc on a "besoin" et celui sur lequel je craque soient le même. Et dans tous les cas j'aimerais le raton qui restera à la maison, profondément, il est un membre de ma famille, il partagera ma vie pendant deux, trois ans, mais il n'empêche qu'à la base, si j'avais pu, j'aurais gardé celui là, et un autre (tant qu'à faire). 

- Entendre râler parce que je demande 10€ de frais d'essence pour emmener le raton à 150km de chez moi, sur mon temps libre 

- Devoir faire 8h de route en une journée pour emmener des ratons à leurs adoptants

- Répondre à des sms inquiets à toute heure du jour et de la nuit, tout le temps de la vie des ratons adoptés

- Etre disponible, tout le temps, tous les jours, pour mes adoptants, même quand ça ne va pas pour moi, même quand j'suis même pas dispo pour mes propres amis. 

- Ne jamais être en vacances, toujours penser, respirer, vivre "rat".

- Penser à faire les suivis, relancer les gens qui ont oublié, parfois pendant des semaines

- Parfois finir par baisser les bras, se dire qu'on aura des nouvelles quand il y en aura

- Pire, tirer parfois une croix définitive sur des photos des ratons adoptés

- Et le fond du fond, parfois réaliser qu'on aura plus JAMAIS AUCUNE nouvelle du rat parce que les belles promesses de l'adoptant se sont envolées avec lui

- Passer 5 heures consécutives à prendre mes ratons en photo, sélectionner 20 photos sur 500 prises, les retoucher, recadrer, les poster sur les forums

- Me faire plus ou moins gentiment reprocher de ne pas faire ASSEZ de photos parce que 20 photos par jour et par raton ce serait plus fun

- Passer une après midi entière, soit environ 5 à 7h, par mois, pour mettre à jour site, forum, mails

- Sentir l'angoisse monter à chaque approche de portée prévue. Attendre les saillies avec la boule au ventre, parfois des jours, pendant que le couple choisi ne fait que dormir alors qu'on espérait que ça aille vite. Puis, dès que la saillie est faite, penser à toutes les raisons pour laquelle ça pourrait foirer, peser sa rate tous les jours (et pour ça, faut avoir désensibilisé la rate à la pesée ! Pro tips), observer avec des frissons la courbe monter, descendre, stagner, analyser la moindre donnée anormale. Voir passer le 21e jour, le 22e, commencer à paniquer le 23 e, et finalement voir soulagée les ratons naître dans la soirée. Ne pas penser continuellement à "et si elle avait pas de lait"

- Voir des rats mourir dans le cadre d'une portée. Toutes les photos de cet article sont une catastrophe, qui m'auront marquées au fer blanc. A CHAQUE portée j'ai le spectre de ces rats qui me hante. Je ne PEUX PAS les oublier. Lisbeth, décédée d'une crise cardiaque durant sa gestation. La portée de Babydoll qui n'avait pas de lait. Les deux petits Napo et Dagobert morts subitement sans raison. White, ma jolie White, pas de raisons non plus pour toi, et ton regard que je n'oublierais jamais... Est-ce qu'on doit me dire "c'est le jeu" ? "c'est ton choix" ? "si t'es pas contente t'as qu'à pas être une raterie" ? 

- Prendre de plein fouet la tristesse, l'énervement, l'incompréhension de certains adoptants ou naisseurs lors d'une de ces catastrophes, parce que "oui mais je l'attendais moi ce rat, je fais comment maintenant ?" par exemple.

- Me prendre des réflexions stupides dans la gueule alors que je viens de perdre une rate, une portée, un raton, que j'ai passé des heures à pleurer sans m'épancher en public et que donc "c'est pas si grave, on peut lui en foutre plein les dents, elle encaisse" (non) (je suis juste pudique) (pardon).

- Ne jamais en faire assez, JAMAIS.

- Devoir tout répéter, sans cesse, parce que personne ne lit les putain de pavés que je passe des heures à écrire (alors que j'pourrais genre... Papouiller mes rats à la place)

- Voir des gens constamment remettre en question ce qu'on raconte, parce que ça va pas dans leur sens

- Se faire traiter de mal baisée qui n'a pas de vie, de mauvaise mère, de chienne enragée, 

- Etre toujours obligée plus ou moins de participer à des conflits, alors même qu'on déteste ça, ne serait-ce que pour alerter des gens qui souvent en plus ne nous écoutent même pas.

- A chaque naissance, devoir passer des heures à recontacter tous les gens ayant réservé, attendre, parfois des jours, une réponse, qui parfois ne viendra même pas (super le respect de ne même pas dire "je ne suis plus intéressé, désolée", c'est 5 putain de mots quoi...), pour savoir qui adopte, qui non

- Voir certaines personnes bouder, être déçues à outrance, parce qu'elles n'auront pas le raton qu'elles voulaient, et que bof un raton agouti, y'en a plein des comme ça. Se mettre à pleurer parce que son raton, on l'aime si fort, le sentir rejeté parce qu'il est "pas assez ci" ou "trop ça", c'est VRAIMENT dur pour un éleveur. Violent. Dire à l'adoptant qu'on est plus super certaine de vouloir travailler avec lui en sentant ce rejet du raton pour sa couleur. Se prendre en pleine face du mépris, un "mais tu te prends pour qui ?", parfois se faire ghoster et savoir qu'on est sujet d'insultes dans son dos.

- Suivre en temps réel une centaine de rats entre 2 mois et 2 ans sur une dizaine de portées, une cinquanaine d'adoptants différents, se rappeler qui est qui, qui a adopté qui, tout ce qui a été dit depuis le début sur le rat, se planter parfois entre le nom de naissance du raton, le définitif, l'adoptant, la portée, s'en vouloir, parfois craquer un peu parce que 10 mauvaises nouvelles arrivent d'un coup, que 20 personnes veulent parler alors qu'on est en train de se séparer de son copain ou qu'un membre de notre famille est malade.

- Avoir des gens qui râlent parce qu'on a décidé de partir en vacances et qu'on est pas joignable, une fois dans l'année, pendant 15 jours.

- Avoir des gens qui râlent parce qu'on a mis 10 jours à répondre à leur mail et qui voulaient être servis de suite

- Avoir des gens qui nous prennent pour une entreprise, et surtout, un supermarché, en nous parlant comme si nos ratons c'était de la marchandise.

Tout ça, ce n'est pas ma passion. Et pourtant je le vis, je le subis pour certains trucs (les insultes, ce bonheur de tous les jours). Pour certains points, c'est juste la "face B" de l'élevage, et c'est normal, même si ce n'est pas la grosse exstase. Pour d'autres, c'est totalement anormal et ça ne devrait pas être. Et pourtant c'est récurrent. Oui, oui, vous qui croyez que ce n'est qu'anecdotique, que "ça va on va pas en faire un plat pour 3 pecquenauds", vous n'imaginez pas. C'est, au moins, une fois par semaine, si on fait une moyenne. Y'a des périodes durant lesquelles on a un mois d'accalmie, et des périodes ou c'est 4 d'un coup. J'ai au moins 5 personnes par portée dans ce genre là, qui sont "filtrées" avant les adoptions, ou disparaissent dans la nature parce que ça allait pas assez vite.

20150305 133031

Cette photo, je la garde précieusement dans un de mes dossiers. Très peu de gens l'ont vue. Ces 5 petites vies, ces 5 petits précieux, sont les petits de feue ma R2G Babydoll, et de feu mon CPK Hugh Jackman. Ils sont tous morts, le lendemain de cette photo, sauf une qui a vécu 15 trop courts mois. Un de mes plus gros traumatismes, j'en rêve encore la nuit, de ce à quoi ils ressembleraient, de leurs noms, leur caractère, leurs facéties, leur visage. Je voulais leur rendre hommage, dans cet article. Une passion, ça n'est pas censé arracher des bouts de mon coeur.

 

Alors oui, certes on a "choisi" de faire de l'élevage. C'est un choix.
Et si on avait choisi de ne pas soigner nos rats, de leur filer de la bouffe pourrie, de ne pas mettre d'accessoires dans leur cage, ce qui est la SEULE façon de réduire nos frais ? 
Et si on avait choisi de replacer nos adultes une fois reproduits ? 
Et si on avait choixi de garder 4 ratons par portée et de buter les autres pour une sélection optimale sans avoir à gérer des adoptions, des suivis, et tutti quanti ?
Et si on avait choisi de pas se faire chier pour les autres ? Non parce que si on veut JUSTE des bébés rats pour nous même et les copines, euh, y'a quand même vachement plus simple quoi, on met papa, maman, et paf.
Et si on avait choisi de pas se faire chier à faire des généalogies, remplir le LORD, tenir les suivis, opérer une sélection, réfléchir à un plan ? 
Et si on avait choisi de ne pas suivre, simplement, ces règles qu'on a érigées POUR LE RAT, et au delà de ça pour permettre aux adoptants des lieux éthiques ou adopter, un peu partout en France (et loin d'être assez au passage, ce serait sympa de pas tirer sur les 20 pauvres connes qui s'accrochent hein =) )

TOUT est une question de choix, et avoir choisi d'élever des ratons comme on le fait, c'est un pur choix d'amour au fond, ce serait plus simple si on en avait rien à carrer, qu'on foutait des rats dans des boîtes et qu'on avait des bébés pour avoir des bébés, sauf qu'on ne le conçoit pas.
On a donc choisi, effectivement, d'aimer et de respecter cet animal, mais ça occasionne aussi bien plus de contraintes, que nous avons choisi d'assumer... Et qui représentent bien plus de travail quand même ! Et c'est le fond du truc, on y passe du temps, de l'énergie, de l'amour, de la tristesse, de l'angoisse, du temps (oui oui, deux fois du temps).

Et si, simplement, on avait choisi de ne pas faire de portées, et si demain, fatiguées par le mépris qu'on se prend de cette communauté qui pourtant se targue d'être là "par amour des ratous" mais ne respecte qu'à moitié les gens qui leur vouent la majeure partie de leur vie privée, on décidait toutes de ne plus bosser qu'entre nous comme ça se fait dans d'autres pays (et je vous jure qu'on y a pensé récemment), quel serait le choix des adoptants ?
Si j'étais adoptante seulement, j'aurais aussi plein de contraintes, mais beaucoup, beaucoup moins, déjà je n'aurais certainement pas déjà toutes les contraintes liées aux "autres", liées aux portées, aux ratons.
Et osef des adoptants, des gens qui recherchent des rats, tant pis pour eux, ils ont qu'à aller en animalerie ou sur Leboncoin, ça me regarde plus, osef des 20 pauvres rateries françaises qui recherchent désespérément d'autres gens pour les aider (mais à priori y'a qu'une poignée de masos comme nous pour jeter de l'argent par les fenêtres par passion, au fond, c'est plus simple de nous dire "ah ben fallait choisir" que de retrousser ses manches et de nous aider dans le monde merveilleux et SI SIMPLE de l'élevage :D (oui tiens, c'est marrant ça, on nous dit "vous en faites trop, vous plaignez pas c'est pas si dur hein", mais étrangement, on reste les seuls à le faire, à se salir les mains, à chialer, à tenir plus de 2 ans... Etrange, non ? Combien de rateries ont tenu un rythme soutenu plus de 3 ans ? Plus de 5 ans ? Plus de 10 ans ? N'y a-t-il pas comme quelque chose de bizarre ?). Ce serait TELLEMENT PLUS SIMPLE si c'était 100% égoïste de tenir une raterie, et très peu de gens, au fond, le comprennent).

Napoleon3

Napoléon, mon petit, si petit Napo

 

Quid du "mépris de mes adoptants" ?


Et oui, je cite pas mal de cotés négatifs liés aux adoptions, aux demandes, aux questions, donc forcément, en temps que prétentieuse "parce qu'elle est éleveuse elle se prend pour je sais pas quoi", je méprise forcément mes adoptants, si je suis pas contente de devoir gérer ça, j'ai qu'à... Pas être raterie. C'est tellement SIMPLE voyons :D

Effectivement, les adoptants me gonflent. Tous. Demandez-leur, d'ailleurs, je les envoie chier continuellement, parce que purée les anecdotes sur Mimi-rate qui a fait un saut mignon, les photos de Mimi-rat endormi dans le sputnik, les questions paniquées à minuit parce que Jeanne-Rate a éternué 4 fois en 6 jours, c'est tellement nuuul, je répond jamais d'ailleurs, j'suis juste bien contente qu'ils financent ma passion, mais sinon, bonjour l'angoisse. 

Bon OK, j'arrête l'ironie, j'ai juste eu un petit moment de fou rire nerveux ^^ 

En fait, quand j'ai lu les réactions à l'article, j'ai eu une grosse pensée émue pour mes adoptants. Je les ai d'ailleurs remercié très très fort d'être eux. J'ai vraiment énormément de... respect, et j'irais même plus loin, d'affection, pour mes adoptants, tous autant qu'ils sont, même les discrets, même les timides, ceux qui ne parlent quasiment jamais, même eux. 
Certains sont devenus des amis, parce qu'on s'est découvert des passions communes, un humour similaire, une personnalité qui colle. Ou simplement, juste, les rats. 

J'ai des adoptants extraordinaires, vraiment. Je le dis parce que je les connais, et que donc je peux pas parler de ceux de ChouCha, Vazaha, Artefact, Becaria ou Tani. Ce sont les miens. Alors comme partout, j'ai parfois quelques personnes qui me déçoivent, qui disparaissent avec leur raton, ne donnent pas ou pas assez de nouvelles, que je dois parfois pister, etc. Mais ils doivent représenter 5% des adoptants, alors évidemment, je ne parle pas de ceux-là. Les gens qui n'ont pas de parole ne méritent pas qu'on s'attarde sur eux. Le destin se chargera de leur cas. 

Non, moi je pense à mes adoptants qui m'ont envoyé un premier contact, parfois maladroit, parfois un peu énervant, parfois totalement bordélique, parfois trop bref, mais sincère, toujours. Ces gens qui ont attendu, parfois plusieurs mois, avec l'impatience au creux du ventre, leur(s) raton(s). Qui ont été aussi fébriles que moi à la naissance, avec qui j'ai pu partager mes joies, mes angoisses, mes anecdotes sur les ratons. Qui ont attendu leur tour de choisir, et ont été heureux d'avoir leurs ratons, même si au début ils n'étaient pas les préférés. Qui ont été émus à l'arrivée des nouveaux membres de leur famille, c'est un peu comme si je partageais un peu de ma famille avec eux, ça crée des liens pour moi, c'est important. On va passer deux, trois ans au moins à être en contact régulier, liés par ces petits bouts de rats que je leur confie, en leur faisant confiance pour les aimer, alors qu'ils me font confiance pour les avoir éduqués et aimés également.  

Penser que je "méprise" mes adoptants serait encore une fois une profonde méconnaissance de moi et de la relation qu'on peut entretenir. 

En fait, c'est pour eux qu'on fait le choix de continuer encore comme actuellement. Pour eux et les suivants, qui seront toujours aussi merveilleux (même qu'en vrai y'en a plein qui rempilent xD). Je considère mes adoptants comme acteurs à part entière de la raterie, ils en font partie, de ce tout. Et même si parfois c'est dur, comme pour tout, parce que c'est pas le moment mais qu'il faut réconforter quelqu'un, parce qu'un autre pose la même question pour la 5e fois en un mois, parce qu'il est une heure du matin et qu'on a reçu un MMS hyper inquiétant, parce que la gestion humaine c'est pas vraiment mon fort en fait, ben je suis heureuse de partager ça avec eux, sincèrement. 
J'aime les voir évoluer avec les bébés que j'ai vus grandir, j'aime lire leurs anecdotes, voir leurs photos, leurs vidéos, j'ai des sourires, des fous rires, et je les accompagne aussi dans leurs inquiétudes en cas de souci. Chaque mauvaise nouvelle est affreuse, je pleure très souvent quand on m'annonce un décès. Je pleure ce raton que j'ai connu, mais surtout parce que je partage la peine de la personne, je la connais, et je suis triste de voir ce "quelqu'un" que j'apprécie vivre ça. Je culpabilise toujours un peu, à chaque mauvaise nouvelle. 
C'est un lien que j'arriverais même pas à expliquer. 

Et ça par contre, c'est vraiment fort, et c'est ce qui fait qu'on continue, encore, à bosser en "circuit ouvert", c'est grâce à EUX. Vous pouvez les remercier d'être si fantastiques, ils sont ceux qui me redonnent foi en la communauté ratouphile, tous les jours. 

White

Petite White Thrash Beautiful, doux ange...

Oui, l'élevage de rats, c'est une passion. Une passion prenante, une passion débordante, une passion coûteuse (en argent, on y revient ? Oui, mais surtout en énergie, en émotions, en temps). C'est loin d'être marrant tous les jours. Faut même être un peu maso. C'est quelque chose qu'on porte, 7/7 24/24, parce qu'on peut pas vraiment se permettre de dire "oh non aujourd'hui j'ai pas envie". Parce que même si on prend quelques jours de vacances, une pause du Net, qu'on éteint le téléphone, y'a toujours... Les rats qui ont besoin de manger, de câlins, de sorties, les adoptants qui ont besoin de conseils, NOUS qui avons besoin d'avoir des nouvelles des ratons, et au delà de ça, de les voir grandir et évoluer. 

Une passion, c'est jamais gratuit.  Mais rarement aussi cher que celle de l'élevage de rats. J'y perds régulièrement des bouts de mon coeur. J'y perds des amis, énormément d'énergie. Peu, vraiment peu, en demandent autant.

Non, on ne demande pas aux gens, JAMAIS, de "financer notre passion". Juste de participer à nos heures de travail avec leur raton, avec la sélection de nos familles, au "Service Après Adoption" de 3 ans, quasi 7/7 24/24, etc etc etc. C'est juste dommage que certains ne l'aient pas compris, et même pire, imaginent très mal ce que c'est au quotidien, en écoutant même pas ce que nous, qui sommes quand même les mieux placées pour le savoir, avons à en dire. 

Cette passion me fait rencontrer des gens et des rats formidables, mais puisque c'est du coté financier qu'on a commencé l'histoire, je ne suis pas une Sainte. Je ne pourrais pas me permettre indéfiniment de perdre 1500€ par an par passion, ni moi ni personne. A ce moment, il faudra faire un choix. Et ce ne sont pas les rateries qui doivent mettre la clé sous la porte qui sont le plus affectées au fond, quand on y réfléchit bien. C'est juste extrêmement dommage, que la mentalité française à l'argent (tabou, discount, radinerie et chipotages) se répercute toujours sur un domaine dans lequel elle ne devrait pas exister : l'animal.

Dagobert3

Mon petit ange Dagobert

a

 

raterie bonne raterie passion jambon respect tarifs

Commentaires (2)

1. arkanethrall (site web) Ven 11 Août 2017

Haha merci Sena, ça me fait plaisir que mon article te plaise ^^

2. Senalina (site web) Ven 11 Août 2017

Je ne peux qu'applaudir des deux mains

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


Licence Creative Commons le site Internet du Domaine des Arkenstones de Hatron Jemima/Arkane est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International = j'autorise le partage et la modification du contenu du site (textes, images) à des fins strictement non commerciales, et en me citant explicitement, ainsi qu'en ajoutant un lien vers ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×